The Knowledge to Act
More

Blog

Food for Thought: Weighing up health and investment in the age of the new pandemic

Share This

By Sarah Brewin, May 14, 2018

As the burden of non-communicable diseases grows, countries are increasingly regulating the unhealthy food and drinks that can cause them. But will they soon feel the regulatory chill?

***Français suit***

In March, the New York Times reported on the United States using renegotiation talks for the controversial North American Free Trade Agreement (NAFTA) to prevent the three member governments from using product labelling laws to warn consumers of health risks from junk food. This is the latest in a series of developments pointing towards a potential collision course between trade and investment agreements and public health measures aimed at reducing non-communicable diseases.

Non-communicable diseases are one of this century’s greatest challenges for development. These diseases are chronic, non-infectious conditions like heart attacks, strokes, cancer, asthma and diabetes. Their causes include what we eat and drink, especially sugary drinks and processed foods high in saturated fats, sugar and sodium.

There are already attempts to use trade agreements to prevent unhealthy food warning labels.

Non-communicable diseases kill 40 million people each year and account for 70 per cent of deaths worldwide. We tend to think of these types of diseases as a "First World problem" afflicting countries where high incomes, urbanization and sedentary office jobs have all contributed to unhealthy lifestyles and consumption habits. But this has changed in recent years, and today 80 per cent of "premature" deaths from non-communicable diseases occur in low and middle-income countries. More astounding is that 62 per cent of the obese or overweight people in the world live in low- and middle-income countries.

There are growing hints that "Big Food" and "Big Soda" may be starting to take similar approaches to the tobacco industry in resisting the regulation of their products.

Part of the reason for this is that growing incomes and changing dietary preferences in developing countries has increased demand for unhealthy processed foods and drink. And multinational food and beverage companies are eager to meet this demand. The Coca-Cola Company was among the first foreign companies awarded an investment permit in Myanmar in 2013. YUM! Brands, which owns KFC and Pizza Hut, are actively pursuing sub-Saharan African markets. Last month they became the first major international food franchise in Ethiopia, with a Pizza Hut opening in Addis Ababa.

With prevention being better than cure, regulation of unhealthy food and drink to lower consumption is one of the most affordable and sustainable ways for developing countries to reduce poor health and early deaths. The World Health Organization’s "best buy" (most cost-effective and high impact) policy measures include warning labels, packaging restrictions and regulation of the marketing and advertising of unhealthy food and drink, as well as alcohol and tobacco. But with growing investment in developing countries from multinational food and drink companies, what might happen to the ability of governments to regulate for public health?

62 per cent of the obese or overweight people in the world live in low- and middle-income countries.

Many foreign companies are protected by international investment agreements and contracts, which sometimes allow them to sue governments when they introduce new public health regulations. "Big Tobacco" giant Philip Morris tried (unsuccessfully) to stop Australia and Uruguay from introducing laws to warn people about the health risks of smoking. There are growing hints that "Big Food" and "Big Soda" may be starting to take similar approaches to the tobacco industry in resisting regulation of their products.

This year, Chile introduced far-reaching regulations to try and tackle rising levels of obesity. Chile’s new Food Health Regulations prevent the use of cartoon characters to advertise products to children—think Tony the Tiger on Kellogg’s Frosted Flakes or the Nesquik bunny. Already, there are companies taking legal action in Chile’s courts to challenge the regulations as a breach of intellectual property rights. British American Tobacco and other multinational tobacco companies brought similar intellectual property-based action in the Australian courts against the country’s plain tobacco packaging laws. Is it simply a matter of time before food companies follow suit and move from the domestic to the international arena?

With prevention being better than cure, regulation of unhealthy food and drink to lower consumption is one of the most affordable and sustainable ways for developing countries to reduce poor health and early deaths.

There are already attempts to use trade agreements to prevent unhealthy food warning labels. In the NAFTA renegotiations, the United States wants to limit the use of any warning label that "inappropriately denotes that a hazard exists from consumption of the food or non-alcoholic beverages." This could scupper the Canadian government’s plans announced in February of this year to require warning labels on packaged foods high in sugar, sodium and saturated fat. The World Trade Organization has heard concerns that similar food labelling initiatives in Thailand, Chile, Indonesia and Peru create unnecessary barriers to international trade. Looking again to tobacco industry tactics—where trade concerns raised by producer countries at the World Trade Organization coincided with investment arbitrations brought by tobacco companies—suggests that these issues will soon make their way to the investment sphere.

What will happen when they get there? And how many cost-effective, life-saving public health policy measures will be shelved by developing country governments along the way?

 

Matière à réflexion : peser la santé et l'investissement à l'ère de la nouvelle pandémie

A mesure que le fardeau des maladies non transmissibles augmente, les pays réglementent de plus en plus les produits alimentaires et les boissons néfastes qui peuvent les causer. Mais vont-ils bientôt sentir le gel réglementaire ?

En mars, le New York Times a indiqué que les États-Unis étaient en pourparlers pour renégocier le controversé Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) afin d'empêcher les trois gouvernements membres d'avoir recours à des lois sur l'étiquetage des produits visant à avertir les consommateurs sur les risques pour la santé liés à la malbouffe. Il s'agit du dernier d'une série de développements laissant présager un affrontement potentiel entre les accords commerciaux et d'investissement et les mesures de santé publique visant à réduire les maladies non transmissibles.

Les maladies non transmissibles représentent l'un plus grands défis du développement de ce siècle. Ces maladies sont chroniques, non-infectieux comme les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le cancer, l'asthme et le diabète. Parmi les causes à l'origine de ces maladies, il y a ce que nous mangeons et buvons, en particulier les boissons sucrées et les produits alimentaires transformés riches en graisses saturées, en sucre et en sodium.

Des tentatives ont déjà été faites pour recourir à des accords commerciaux afin d'empêcher les étiquetages d'avertissement sur les produits alimentaires néfastes pour la santé.

Les maladies non transmissibles tuent 40 millions de personnes chaque année et représentent 70 % des décès dans le monde. Nous avons tendance à considérer ce type de maladies comme un « problème des pays développés » touchant les pays où les revenus élevés, l'urbanisation et les emplois de bureau sédentaires ont tous contribué à des habitudes de vie et de consommation malsaines. Mais cela a changé au cours des dernières années et aujourd'hui 80 % des décès « prématurés » dus à des maladies non transmissibles surviennent dans des pays à revenu faible ou moyen. Plus étonnant encore, 62 % des personnes obèses ou en surpoids dans le monde vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

De plus en plus d'indices indiquent que « Big Food » et « Big Soda », soit les grosses sociétés de produits alimentaires et de boissons sucrées, pourraient commencer à adopter des approches semblables à celles de l'industrie du tabac pour résister à la réglementation de leurs produits.

De plus en plus d'indices indiquent que « Big Food » et « Big Soda », soit les grosses sociétés de produits alimentaires et de boissons sucrées, pourraient commencer à adopter des approches semblables à celles de l'industrie du tabac pour résister à la réglementation de leurs produits.

Cela s'explique en partie par le fait que l’augmentation des revenus et l'évolution des préférences alimentaires dans les pays en développement ont fait grimper la demande de boissons et de produits alimentaires transformés malsains. Et les multinationales de l'industrie alimentaire et des boissons sont soucieuses de répondre à cette demande. La société Coca-Cola a été parmi les premières entreprises étrangères à avoir obtenu un permis d'investissement en Birmanie en 2013. La société YUM! Brands, qui détient KFC et Pizza Hut, s’emploie activement à s’implanter sur les marchés de l'Afrique subsaharienne. Le mois dernier, elle est devenue la première grande franchise alimentaire internationale en Éthiopie, avec l'ouverture d'un Pizza Hut à Addis-Abeba.

Sachant qu'il vaut mieux prévenir que guérir, la réglementation sur les produits alimentaires et les boissons néfastes pour la santé dans le but d'en réduire la consommation est l'un des moyens les plus abordables et les plus durables pour les pays en voie de développement de réduire les problèmes de santé et les décès prématurés. La politique du « Best Buy » (les mesures les plus rentables et ayant le plus fort impact en matière de coût) de l'Organisation mondiale de la santé comprend des étiquettes d'avertissement, des restrictions sur l'emballage et la réglementation du marketing et de la publicité des produits alimentaires et des boissons néfastes pour la santé, ainsi que de l'alcool et du tabac. Mais avec l'augmentation des investissements dans les pays en voie de développement de la part des multinationales de l'industrie alimentaire et des boissons, qu'en serait-il de la capacité des gouvernements à réglementer pour la santé publique ?

62 % des personnes obèses ou en surpoids dans le monde vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

De nombreuses entreprises étrangères sont protégées par des accords et des contrats internationaux d'investissement, qui leur permettent parfois de poursuivre les gouvernements en justice lorsqu'ils instaurent de nouvelles réglementations en matière de santé publique. Le géant du « Big Tobacco » Philip Morris a tenté (sans succès) d'empêcher l'Australie et l'Uruguay d'instaurer des lois pour avertir les gens sur les risques du tabagisme pour la santé. De plus en plus d'indices indiquent que « Big Food » et « Big Soda », soit les grosses sociétés alimentaires et de boissons sucrées, pourraient commencer à adopter des approches similaires à celles de l'industrie du tabac pour résister à la réglementation de leurs produits.

Cette année, le Chili a instauré une réglementation de grande envergure pour tenter de lutter contre les niveaux croissants d'obésité. Le nouveau Règlement sur la santé alimentaire du Chili interdit l'utilisation de personnages de dessins animés pour promouvoir des produits auprès des enfants, par exemple Tony le tigre sur les céréales Frosties de Kellogg's ou le lapin Nesquik. Déjà, des entreprises intentent des actions en justice devant les tribunaux chiliens pour contester la réglementation comme étant une violation des droits de propriété intellectuelle. British American Tobacco et d'autres multinationales du tabac ont intenté une action similaire fondée sur la propriété intellectuelle devant les tribunaux australiens contre les lois du pays sur la présentation des paquets de tabac. Est-ce simplement une question de temps avant que les entreprises du secteur alimentaire ne suivent le mouvement et passent de la scène nationale à la scène internationale ?

Sachant qu'il vaut mieux prévenir que guérir, la réglementation sur les produits alimentaires et les boissons néfastes pour la santé dans le but d'en réduire la consommation est l'un des moyens les plus abordables et les plus durables pour les pays en développement de réduire les problèmes de santé et les décès prématurés.

Des tentatives ont déjà été faites pour recourir à des accords commerciaux afin d'empêcher les étiquetages d'avertissement sur les produits alimentaires néfastes pour la santé. Dans les renégociations de l'ALENA, les États-Unis veulent limiter l'utilisation de toute étiquette d'avertissement qui « dénote de façon inappropriée l'existence d'un danger lié à la consommation des produits alimentaires ou des boissons non alcoolisées ». Cela pourrait faire échouer les projets que le gouvernement canadien a annoncé en février de cette année pour exiger des étiquettes de mise en garde sur les produits alimentaires emballés riches en sucre, en sodium et en graisses saturées. L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a entendu des préoccupations selon lesquelles des initiatives similaires d'étiquetage des produits alimentaires en Thaïlande, au Chili, en Indonésie et au Pérou créent des obstacles non nécessaires au commerce international. En se penchant encore une fois sur les tactiques de l'industrie du tabac - où les préoccupations commerciales soulevées par les pays producteurs à l’OMC coïncidaient avec les arbitrages d'investissement lancés par les compagnies de tabac - on peut supposer que ces problèmes feront bientôt leur chemin vers la sphère de l'investissement.

Que se passera-t-il lorsqu'on en sera là ? Et combien de mesures de santé publique rentables qui sauvent des vies seront mises de côté en cours de route par les gouvernements des pays en voie de développement ?